C. Le corps, un commerce.

C. Le corps, un commerce.

 

a) Une stratégie commerciale précise: l'utilisation des mannequins et des célébrités.

 

L'intérêt d'utiliser l'image des mannequins et des célébrités en vogue, pour promouvoir un produit notamment cosmétique. Elles ont une influence certaine sur la population féminine car cette dernière prend cette poignée de femmes qui forment une élite et dictent les codes de la femme parfaite.

Cet intérêt est bien sûr commercial car le consommateur en regardant une publicité va lier la personne qui présente le produit au produit lui-même. Elle doit donc susciter chez ce consommateur le désir de lui ressembler, d'où l'utilisation d'une femme au physique avantageux et non une femme qui a des formes.

 

"Dovze Matraquage" condense, en une minute, une année d'images publicitaires vues à travers les yeux d'une petite fille de 7 ans.

 

 

 

 

 

 

b) les vrais visages des canons de beauté de la publicité.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les femmes des publicités sont des femmes normales, des femmes comme les autres. Cependant, après une transformation plutôt incroyable grâce au maquillage et autres produits cosmétiques, ces femmes ressemblent à de vrais mannequins. Une fois les photos prises, celles-ci sont retouchés par ordinateurs grâce à des logiciels comme photoshop. Une femme avec une apparence quelconque peut donc facilement devenir un canon de beauté. De plus, outre le visage, le corps aussi peut être modifié à la guise des photographes. On obtient souvent un résultat spectaculaire, en effet on peut supprimer les cernes, amincir le nez, modifier la couleur des yeux, supprimer les rides d'expression autour de la bouche, effacer les imperfections de la peau et des lèvres ainsi que lisser l'ensemble du visage et ajouter un bronzage .

 

 

                                                                        Photographie retouché                       Photographie initiale

 

 

 

 

Pour lutter contre les stéréotypes de la beauté, Dove lance pour la première fois une association qui aide les femmes et surtout les jeunes à changer la conception d'une beauté inaccessible: le fond 'estime de soi Dove. Trop souvent les jeunes filles ont une mauvaise estime de soi et ont des complexes sur leur apparence, ce concept Dove est là pour le changement et pour une nouvelle définition de la beauté.

 

Comme la pression des médias sur l’apparence des gens devient ingérable, un député propose une loi qui obligerait les publicitaires à marquer si leurs photographies sont retouchées ou non. Une autre députée, Valérie Boyer a proposé une loi, qui a été adopté en avril 2008 par l’assemblée Nationale, qui prévoit jusqu’à 2 ans de prison et 30 000€ d’amende tout ceux qui inciterait à l’anorexie. Elle vise les moyens de communication (magazines, site internet « pro-ana »…) qui pousse les gens et particulièrement les femmes à une maigreur intense.

 

Les publicitaires l’ont bien compris, utiliser des célébrités et des mannequins pour vendre un produit ne peut que faire marcher les ventes. Pour parfaire l’image de ces stars de la publicité, ils les transforment, comme nous l’avions dit précédemment, à coup de maquillage et de bistouri virtuel. Ces méthodes se sont généralisées et banalisées. Cependant une marque sort du lot et promulgue la vérité beauté et montre l’absurdité de ces méthodes, car elles amènent à de véritables dérives qui peuvent coûter la vie de certaines personnes.

Le culte du corps à travers la publicité se retrouve sur différents supports.

 

  1. « Les supports de propagande de la beauté »

 

Aujourd’hui, le culte du corps est véhiculé par les médias. Les spots publicitaires diffusés à la télévision et les magazines sont les supports de cette nouvelle « propagande ».

 

. La télévision :

 

Auparavant, les interventions des femmes sur le corps se limitaient aux masques de beauté, crèmes hydratantes, maquillages et vêtements. Et maintenant, elles font des régimes à toutes les pages de publicités (« spécial K », « weight watcher »…), laissent leur corps aux mains des chirurgiens esthétiques, et ingèrent des pilules. Ce changement est bien sûr dû à la sur médiatisation de l’idéal corporel par la télévision que ce soit lors des spots télévisés, des films ou encore lors des émissions. La télévision impose un modèle qui ne laisse aucune place à un autre.

 

En effet, la télévision montre toujours des femmes sublimes lors des publicités et notamment celles destinés aux femmes. Pour la publicité contre les boutons, contre les rides, les imperfections, les cernes, etc... , il ya toujours un mannequin, une célébrité au teint parfait sans imperfection, laissant imaginer que le produit vendu donne cet effet là, alors qu’elles sont intensément maquillées et retouchées.

 

Les adolescents, plus que les adultes, sont extrêmement sensibles aux messages publicitaires et aux images en général, donc aux apparences. La beauté pour eux est un objective et unique. C’est celle que l’on impose dans les médias. Nous sommes dans une société où l’image est toute puissante, où le label « vu à la télé » est devenu synonyme de qualité et de vérité certaine.

 L'émission "miss France 2010" a réunis 7,9 millions de téléspectateurs.

 

 

 

 

 

. Les magazines :

 

Si l’on ouvre un magazine féminin au hasard dans un kioske, il est certain qu’il ya aura au moins un ou deux articles qui porte sur des astuces pour perdre du poids, différents régimes, les nouveautés en matière de cosmétiques, crèmes amincissantes ou raffermissantes… .Et on ajoute à cela toutes les pages réservées à la publicité qui en rajoute encore en promouvant des produits destinés aux lectrices donc aux femmes.

On peut voir sur la couverture du magazine marie claire ci-contre le titre « choc » qui annonce certainement un article sur des régimes en tout genre. On fait du poids des femmes un problème de premier ordre : « plan d’urgence avant le maillot ». C’est de cette façon que l’on attire la lectrice à lire l’article et par la suite suivre les conseils donnés.

Les magazines influencent beaucoup la vision de la femme : « un sondage de 1995 montre que 70% des femmes sont déprimées et se sentent coupables après avoir feuilleté pendant 3 minutes un magazine féminin ». En effet, en complément des articles sur les régimes miracles, on retrouve des photos de femmes minces et parfaites sous toutes les coutures, laissant espérer un résultat semblable. Seulement, ces photos sont systématiquement retouchées.

On a beau se dire que les photos sont retouchées, que ces filles toutes plus belles les unes que les autres, croisées dans la rue, passeraient peut-être inaperçues, on envie toujours et encore leurs corps montrés dans les magazines.

 

 

 

 

 

 

. Jouets, jeux vidéo, loisirs…

 

Outre dans les médias, tel que la télévision ou internet, et dans les magazines où le culte du corps apparait sous la forme d’images, nous assistons à une nouvelle forme de diffusion du culte du corps : les jeux vidéo, les poupées comme Barbie. En effet, grâce à certains objets de loisirs on peut s’y créer la vie rêvée avec un corps complètement virtuel que l’on peut modeler à notre guise. De Barbie en passant par les Sims, les enfants ou adolescents s’identifie aux personnages créés ou à la poupée, espérant un jour porter les traits de ces jouets. Pourtant des recherches effectuées ont prouvé que la plus célèbre des poupées serait incapable de se tenir debout et par conséquent de marcher, si elle devenait une vraie femme, car ces mensurations ne conviennent pas à maintenir un équilibre stable.

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×